Etats-Unis, Irak: d'où vient le danger?

Publié le par Claire

Alors que le conflit en Irak se poursuit par des attentats meurtriers et que ce pays fait ses premiers pas dans des essais de démocratie (référendum sur la constitution irakienne), un ancien soldat américain, Jimmy Massey, ayant servi en Irak (maintenant dans un mouvement pacifiste) sort un livre. Le titre très évocateur est "Kill, kill, kill".

 

Jusque là rien de très anormal. Mais lors des interviews, cet homme nous dit des choses étonnantes voire tragiques. Tout d'abord, il nous parle des civils qu'il a tué en disant que pour ces chefs, plus il y avait de morts irakiens, civils ou non, c'éatit une bonne journée. Par contre, quand on lui a parlé de génocide, il a dit que ce n'en était pas un. La différence n'est-elle pas très mince??

 

De plus, les américains ont utilisés en Irak ce qu'ils étaient venus chercher et qu'ils n'ont pas trouvé, c'est-à-dire des armes de destruction massive (enrichies en uranium pauvre). Je tiens à rappeler que la demi vie de l'uranium est de quelques millions d'années. L'homme a-t-il tous les droits sur la vie juste pour récupérer du pétrole?

Apparemment, d'après Jimmy Massey, il y aurait pas mal d'enfants malformés qui seraient nés et qui naissent encore en Irak, et tout cela à cause de la présence d'uranium appauvri lâché pendant la première guerre du Golfe. Les Etats-Unis sont-ils prêt à tout pour leur suprématie mondiale??

N'a-t-on rien appris de Hiroshima et Nagasaki?? 

Publié dans Question d'actualité

Commenter cet article

Kevin 25/06/2006 22:02

Si vous en avez envie venez me rendre visite g fait un article justement sur les dangers de l'UA http://le-guide.skyblog.com/
juste au cas ou le premier lien ne fonctionnerai plus (censure oblige)
 http://brokenworld.skynetblogs.be/                    Kévin

adam kesher 11/10/2005 23:07

Vu aujourd'hui dans Libé un roman-photo établi à partir des clichés pris par un soldat américain anonyme. Absolument atroce : corps explosés, mutilés, coupés en deux, tripes à l'air. Je ne sais pas si la publication de ces images a donné lieu à polémique mais il y aurait de quoi. En attendant il y a de quoi être dégoûté définitivement de la guerre.