Est-ce si important de voter??

Publié le par Claire

Et oui, on nous parle de vote utile depuis des mois. On nous serine avec les résultats du 22 avril 2002. On nous dit que des gens se sont battus pour qu'on ait le droit de vote. Malgré tous ses arguments dont certains sont plus que fallacieux, je me demande si c'est vraiment important d'aller voter.
 

Quand on voit les personnes qui ont été à la tête de notre pays depuis des années, qu'ils soient de droite ou de gauche, et quand on voit les candidats actuels, on se dit que ce sera pareil. De toute façon, quoique l'on vote, ce sera les mêmes qui gagneront.
 

Je sais ce que vont dire la majorité des gens: " c'est avec des gens comme toi que l'extrême droite fait son chemin". Et bien je sais que non, les gens sont bien des vaches qu'on mène à l'abattoir, ils iront voter pour les "bons" candidats. Ils ne voteront pas pour quelqu'un qui les fait rêver ou en qui ils croient, ils voteront parce que tel candidat est moins pire que l'autre.
 

Voter est un acte citoyen. Pourquoi ne pas voter ne le serait pas tout autant?? N'est-ce pas une sorte de résistance passive au manque de changement que tous nous promette??
 

On en arrive au vote blanc. Ce serait "plus citoyen" peut-être mais malheureusement, ce n'est pas reconnu. Il serait surement très interessant de savoir à combien s'éleveraient les votes blancs s'ils étaient comptabilisés. Nos chers candidats auraient des surprises.
 

Le non-vote ou le vote blanc sont-ils anti-citoyens?? Est-ce lâche et non-constructif??



 
PS: j'ai fait un pari avec un ami sur le sujet. Il pense qu'on ne fera rien changer en ne votant pas. Il a surement raison donc je me suis engagée, pour les présidentielles de 2012, à soutenir un candidat pour ses idées, son projet, même si je dois le faire. (le projet)
Je suis pas dans la merde!!! ; )


Publié dans Question d'actualité

Commenter cet article

Nico 25/04/2007 10:54

Le "non vote" est une solution dans le cadre d'institutions corrompues  où le simple  fait de glisser son bulletin pourrait participer à la légitimation et au maintien d'un pouvoir en place. Mais alors le "non vote" prend sa cohérence dans un appel au boycott (c'est pas ce que faisait le Hamas à une époque) et surtout à la  théorisation, et l'application, de moyen d'action propre à renverser le système. C'est compliquer par exemple de ne pas voter quand  on fait la campagne d'un candidat, ou de dire aujourd'hui je ne vote pas à ce scrutin alors que parfois je le fais (constitution européenne). Donc on peut ne pas voter si l'on considère qu'en France les partis politiques sont tous pourris, que leur objectif et le maintien au pouvoir d'un clan et la préservation des intérêts d'une classe. Et c'est là que d'un seul coup on tombe dans l'ultra gauche, et on connait la suite.Il y a aussi la possibilité la Révolution, mai salors gardons ce que nous disait Robespierre avant que l'histoire ne discrédite son oeuvre : "La vertu sans laquelle la terreur est funeste, la terreur sans laquelle la vertu est impuissante"

laurent 18/04/2007 12:04

Une discussion sur le vote blanc vs. abstention avec coup de tatane dans sa face : http://chucknorrisdanstaface.wordpress.com/2007/03/08/vote-blanc/

robert 17/04/2007 16:47

"L'élection, c'est le choix démocratique du peuple souverain" ? Voula vouala ! Quant TF1, France 23, France Inter, Le Monde appel à voter contre Le Pen au second tour de 2002, c'est un choix du peuple souverain. Quand TF1, France 23, France Inter... appellent aux manifestations contre Le Pen, c'est bien sûr un choix démocratique du peuple souverain. Quand TF, France23... le soir du premier tour, invente une mobilisation spontanée à Bastille, c'est bien sûr le peuple souverain.Si voter est un devoir de citoyen, comme on n'arrête pas de me le répéter depuis quelques temps, quel est le devoir du politique ? Attendre l'alternance spontanée ? Franchement, si le FN est au second tour, c'est avant tout de la responsabilité du PS dont le projet est avant tout de battre la droite en jouant sur la culpabilisation du vote utile.  La responsabilité est du PS parce qu'il n'est pas en capacité à proposer un projet alternatif (ok j'abuse : "avec moi [Ségolène Royal] rien ne changera" !). Et la culpabilisation, c'est le peuple souverain ?Aller je m'emporte, les professionnels de la politique sont largement d'accord pour rendre le vote obligatoire, comme ça, y'a pas d'introduction de responsabilité du politique. C'est de la faute du pêcheur du dimanche !Alors c'est pas qui l'ai dit, mais le tirage au sort, c'est p'être pas si déconnant ! Après 12 ans de Chirac, franchement, l'aléa c'est p'être pas si mal

remi 17/04/2007 08:39

Malheureusement, ca en dit long sur la profondeur de la crise démocratique que nous traversons. J'ai du mal à comprendre comment le "non-vote" pourrait être en-soit une solution... Autant supprimer les élections dans ce cas là, tirer au sort notre président de la République? (j'en entends déjà qui vont me dire "ba oui, pourquoi pas"). L'élection, c'est malgré tout le choix démocratique du Peuple souverain. Et si les partis politiques ne nous plaisent pas, changeons les partis (et pas en créer des nouveaux qui ne dépasseront jamais les 1%)

mike 15/04/2007 13:19

Pourquoi, alors que l'on aurait aimer faire acteur ou ingénieur son, on ne va pas demander ce type de boulot et on se contente de demander un job dans nos cordes, qui colle avec nos études? Parce que l'on sait que l'on a aucune chance. Ce type de choix n'est pas fait que pour les présidentielles, il est fait tous les jours. Je ne crois pas que ce soit le bon argument pour justifier d'un non vote. Ou, plus précisément, il faut l'affiner. Trouver le candidat de ses rêves, c'est donné à peu de personnes (environ douze, les candidats :)), ensuite, il y a des compromis. Si c'est trop éloigné, alors tu ne votes pas ou blanc, si le seul boulot disponible est pêcheur aux moules, alors peut-être qu'on ne le prendra pas non plus, car trop éloigné de nos compétences, quand bien même on peut le faire.