Le commerce équitable, un nouveau colonialisme??

Publié le par Claire

Désolée, je reviens de vacances un peu en colère sur ce sujet, alors pardonnez la longueur. ; )


  
Le commerce équitable est quelque chose qui est à la mode depuis quelques années. Mais il ne faut pas oublier que, comme l'a dit Christian Jacquiau, "l'équité est aussi vieille et aussi jeune qu'Aristote". ; )
  

Mais il faut surtout se rappeler qu'on a parlé pour la première fois de commerce équitable en 1964 à Genève lors de la 1ère conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement (CNUCED) avec le slogan "Trade not aid".

On retrouve les premices de ce commerce en France en 1971 avec l'ONG Oxfam (Oxford  Comittee for Famine relief) et la création des "boutiques du monde" destinées à vendre des objets artisanaux fabriqués dans le 1/3 monde.

Peu de temps après, on voit apparaitre le célèbre Max Havelaar (en 88). Ce dernier met en relation des producteurs du Sud et des industriels du Nord, en accordant un logo garantissant des pratiques équitables.



Mais tous ces beaux efforts ne font pas vraiment le poids. Le commerce équitable ne représente que 0,00875% du commerce mondial en chiffres d'affaires. Par exemple, il y a 125 millions de producteurs de café dans le monde mais seulement 1 million qui relèvent du commerce équitable.

 

En plus, du fait qu'il n'est pas très répandu, il est fondé sur des bases plus ou moins pourries. Il fonctionne dans la culpabilisation du consommateur occidental qui paie plus cher pour "aider les petits producteurs pauvres". On maintient une attitude colonialiste avec en plus la bonne conscience!!

Un exemple sur le coton: 20 millions de producteurs essaient de survivre en Afrique de l'Ouest. DAGRIS, ex Compagnie Française pour le développement des fibres textiles (pilier de la Françafrique) achète leur production à 17000 d'entre eux. Pour satisfaire leurs actionnaires, ils achètent au prix minimum, pourtant les produits venant de 3000 d'entre eux ont le logo Max Havelaar.


 
Ensuite, le concept de commerce équitable en lui-même est un peu flou. En effet, l'équité est parfois difficile à trouver. Par exemple, MH redistribue 50 millions d'euros aux petits producteurs de café mais compte un million de bénéficiaire.
Alors si on fait le compte, on arrive à 50 euros par producteur. Enorme, non?? Surtout quand on sait que sur cette somme, il faut qu'il paie des frais de coopérative, de transport, de douane mais aussi le référencement chez MH!!!!!! Sic, non??


 

Cet article n'a pas vocation à dire que le commerce équitable c'est tout pas bien et qu'il faut pas continuer. ; )
Ce commerce est important car il favorise une prise de conscience. Pour qu'il soit vraiment équitable, il faudrait qu'il soit beaucoup plus transparent, que le consommateur sache qui a touché quoi et combien (le producteur, les différents intermédiaires et l'industriel).
  

Une action individuelle peut-elle suffire??
  
Nos gouvernements sont-ils capables d'action nationale voire internationale??

Publié dans Question d'actualité

Commenter cet article

isabelle 27/02/2007 21:21

So Ann : Ca fait déjà un mois ! Oui, je pense aussi que le commerce équitable a plein de défauts. Les deux principaux : parce qu'il est basé sur la culture d'exportation, parce qu'il dépend des consommateurs riches pour accréditer un volume de production sous le label équitable. MAIS nous ne sommes pas dans un monde idéal. Nous sommes dans une forme de commerce prépondérante profondément inéquitable. Arrêter le commerce équitable ne fera pas baisser les cultures d'exportation. Les gens commencent juste à comprendre que s'il existe un commerce équitable, ça veut dire que le reste du commerce est inéquitable (sauf en gros, en très gros même, le commerce entre pays industrialisés où il y a des normes sociales des codes du travail etc, qui au moins existent). C'est une brèche qu'il faut aujourd'hui soutenir, agrandir. Et renforcer  afin de prévenir la critique.  Mais surtout ne pas affaiblir. Sinon, la majorité des consommateurs sera perdue et ce sera tout bénef pour le reste, c'est à dire les entreprises qui n'en ont rien à foutre de l'équitabilité. Donc, pour moi, chut pour le moment : attendons que le commerce équitable soit plus fort pour le critiquer publiquement. bises A mercredi ?

kémi 27/02/2007 21:17

Sur le "commerce équitable", une brochure des renseignements généreux intitulée : Critiques et espoirs du commerce équitable : élan solidaire ou aménagement capitaliste ? http://www.les-renseignements-genereux.org/brochures.html?id=415Je pense que la lecture est intéressante comme chacune de leur brochure d'ailleurs...Enfin voila juste en passant...

So-Ann 26/02/2007 18:03

Salut Claire et courage pour la reprise;-)J'ai eu une discussion un peu similaire avec Isabelle il y a un mois... Je ne sais que trop penser... SI ce n'est que ce commerce est déjà une meilleure option que l'autre, mais qu'en effet pour le moment, il y a des choses qui ne sont pas très claires encore! Et c'est un risque pour eux, car ils seront facilement critiquables... Donc tu as raison d'en appeler à un peu plus de transparence, mais je crois qu'il faut aussi établir une comparaison avec ce qui est rendu aussi de manière inéquitable par les autres réseaux. Enfin, le jour où le bio et l'équitable seront bien gérés, à échelle bien réglementée (pour le moment cela n'est pas encore suffisant) cela sera peut être plus facile!Mais dis moi, pourquoi reviens tu de vacances remontée contre ça??...

Jiba 26/02/2007 16:45

S'il existe un "commerce équitable", c'est que le reste relève du  "commerce inéquitable"... Alors pourquoi tolère-t-on ce commerce inéquitable ? Il faudrait l'interdire ou (à défaut, soyons un minimum réaliste !) le taxer. Et, ensuite, allouer l'argent de la taxe à l'aide au développement, pour que, d'une manière ou d'une autre, cet argent retourne à ceux qui le méritent !