Le CPE à sauver??

Publié le par Claire

Comme l'émotion ne fait pas réagir les foules. parlons d'un sujet qui je suis sure passionne. En effet, depuis quelques jours, voire quelques semaines, un sujet est dans toutes les bouches, fait couler beaucoup d'encre et fait sortir les gens dans la rue: le CPE, cheval de bataille de De Villepin, dont il pourrait bien tomber.


Les chefs d'entreprise étaient à Matignon ce matin et vont peut-être sauver la situation pour notre premier ministre. Apparemment ils seraient prêt à négocier: une période d'essai réduite à un an et une justification obligatoire des licenciements. Il y a du progrès!! Mais n'est-ce pas un moyen de faire passer ce qu'il avait prévu depuis le début?? (demander un truc énorme pour avoir ce qu'on veut)


La situation peut-elle se débloquer?? Les manifs sont-elles vraiment contre le CPE ou montrent-elles un malaise plus grand??

Publié dans Question d'actualité

Commenter cet article

dang 20/03/2006 20:56

C'est Adam Kesher qui, je crois, disait il y a quelques mois dans son blog que seule la flexibilité n'avait pas encore été essayée pour lutter contre le chômage. On y est donc avec le CPE. C'est vrai qu'a priori un chef d'entreprise qui sent que les affaires redémarrent, hésite à l'heure actuelle à embaucher de peur de se retrouver avec des employés qu'il ne pourra pas licencier facilement si son carnet de commandes se dégarnit. Dans tous les pays qui ont marqué des points contre le chômage on trouve une grande flexibilité. La France ne fait donc que suivre avec un grand retard ce que les autres ont fait en Europe. Le hic c'est que les élites qui nous gouvernent  pensent qu'elles sont tellement brillantes et supérieures qu'elles n'éprouvent pas le besoin de mettre les formes, c'est à dire négocier un minimum et expliquer beaucoup. Ceci est valable à droite (Villepin) et à gauche aussi puisque Martine Aubry s'était dispensée de concertation à propos des 35 heures. Le résultat c'est le désastre actuel qui a d'ailleurs permis à pas mal d'organisations syndicales et politiques de reprendre vigueur alors qu'elles étaient en perte de vitesse et cherchaient vainement un motif d'insatisfaction à exploiter. Ce motif (ce prétexte) a donc été fourni par le gouvernement lui-même et ses énarques imbus de leur personne.C'est dommage car le CPE n'est pas forcément une mauvaise idée en soi (il aurait pu être bien amélioré par la négociation) et s'adressait en fait surtout aux jeunes des banlieues sans qualifications.

Hugo 20/03/2006 18:37

(les commentaires merdouillent en ce moment sur over blog, pardon si je double mes bêtises !)bon alors deux petites choses avant mon commentaire à proprement parler : 1) ce n'est pas que l'émotion ne fait pas réagir, c'est surtout que j'attends vendredi pour t'en parler "en live".... 2) le CPE fait couler beaucoup d'encre, ce cher Galouzeau aussi, tu remarqueras quand même que je n'en ai nullement parlé dans mon blog... oui bon c'est facile, j'y parle plus de rien aussi ! bon alors pour ce qui est de ta question je crois que ces manifs révèlent un malaise plus profond et que les non manifestants dont je fais partie sont aussi inclus dans ce malaise... qui n'est pas simplement la scission des générations comme on veut le faire croire, mais plus une scission entre la réalité et la politique, un ras le bol généralisé, mais qui malheureusement ne s'exprime pas clairement et ne se revendique pas en tant que tel ! enfin je crois...

Hugo 20/03/2006 18:36

bon alors deux petites choses avant mon commentaire à proprement parler :1) ce n'est pas que l'émotion ne fait pas réagir, c'est surtout que j'attends vendredi pour t'en parler "en live"....2) le CPE fait couler beaucoup d'encre, ce cher Galouzeau aussi, tu remarqueras quand même que je n'en ai nullement parlé dans mon blog... oui bon c'est facile, j'y parle plus de rien aussi ! bon alors pour ce qui est de ta question je crois que ces manifs révèlent un malaise plus profond et que les non manifestants dont je fais partie sont aussi inclus dans ce malaise... qui n'est pas simplement la scission des générations comme on veut le faire croire, mais plus une scission entre la réalité et la politique, un ras le bol généralisé, mais qui malheureusement ne s'exprime pas clairement et ne se revendique pas en tant que tel ! enfin je crois...