Les blogs créent de jeunes illetrés??

Publié le par Claire

Certaines personnes pensent et disent que l'orthographe se fait maltraiter sur les blogs d'ados. Et par-dessus tout condamnent la chose. "Le risque de paupérisation de la langue semble réel." disent-ils.

 

C'est vrai que sur les sky-blogs la langue française n'est pas particulièrement bien écrite. Petit exemple trouvé dans un article: "A chui tro belle kes ke jme kiff! jvous assur chui pa narsissique". On peut dire qu'on est loin de l'orthographe d'origine.

 

Personnellement, je suis horripilée par les fautes d'orthographe quand je lis quelque chose de sérieux mais est-ce vraiment une catastrophe que les jeunes est un langage à eux??? Il y a quelques années, ces mêmes personnes s'inquiétaient du langage des jeunes de l'époque, comme keuf ou meuf. Pourtant en vieillissant, ces mêmes jeunes ont abandonné en grande partie ce langage.

Toutes les générations de jeunes ne se donnent-elles un langage rien qu'à eux pour être "en dehors de la compréhension de leurs ainés"???

 

De toute façon, la langue française a évolué au fil des siècles. On est bien loin de la langue française du XIVème siècle. Alors risque-t-on une paupérisation de notre langue?? Ou bien est-ce son évolution normale??? 

 

PS: désolée pour mon silence durant cette semaine!!  Mais maintenant je suis de retour. : )

Publié dans Question de société

Commenter cet article

dang 18/02/2006 12:44

Tout à fait d'accord avec Symplyhis : "il faut que tout le monde comprenne". Pour moi ceci devrait être le principe de base, mais pas le seul . Que les jeunes ou les voyous ou les chauffeurs de taxi  ou les bouchers aient leur argot, leur dialecte, c'est normal et souvent pittoresque. Ce qui est gênant, je trouve, c'est quand on ne sait plus communiquer qu'avec une certaine catégorie. Et  j'irai plus loin, même s'il y a compréhension il faut que le langage colle à la personne qui l'utilise. Je donne un exemple. Un copain anglais d'une soixantaine d'années, prof d'université, me sort récemment "j'ai bouffé avec une chouette pépée qui a essayé de me barboter tout mon oseille". C'est marrant mais c'est de l'argot vieilli qui fait bizarre dans la bouche d'un homme de cet âge et de cette qualité intellectuelle. Son français n'avait pas évolué depuis ses années à la Sorbonne alors que lui avait beaucoup changé. Donc ça ne collait plus. En Angleterre (où la langue n'est pas surveillée comme en France mais où on sait de quelle région vous venez et à quel milieu vous appartenez dès que vous ouvrez la bouche) on dira à l'étudiant étranger : cette expression est utilisée dans les classes éduquées du sud de l'Angleterre mais pas dans  le nord etc... En conclusion pourquoi ne pas accepter différents niveaux de langues mais avec quand même un minimum en  commun et idéalement la possibilité pour chacun de passer d'un niveau à l'autre : être capable de parler comme les bourgeois avec les bourgeois, comme les loubards avec les loubards ... Ce qu'avait très bien fait un préfet de police qui négociant la reddition de preneurs d'otages avait largement utilisé la "langue verte" et avait été enregistré à la télé, ce qui lui avait valu une mise à la retraite anticipée pour utilisation d'un langage incompatible avec sa fonction!

Symplyhis 18/02/2006 10:36

Sujet intéressant. Je suis étudiant et j'utilise le langage SMS pour les sms car plus rapide et plus court. Je l'utilise aussi dans la prise de note des cours, et aussi sur MSN. Cependant, je l'interdis sur mon blog, qui n'est pas un sky blog, pour la bonne raison qu'il faut que tout le monde puisse comprendre. De plus, ce n’est pas très jolie à lire. Je ne pense pas que ce soit un danger pour la langue Française, car le langage sms n'est pas une faute d'orthographe, c'est un langage qui a son utilité : écrire un sms en un nombre de caractères limité, écrire plus vite sur msn. Il est aussi devenu le langage de divers blogues de photos de jeunes (de mon âge en autre), et cela ne me gène pas du tout, il fait parti de notre culture nouvelle. Ensuite il ne fait pas partie des cours de français, ce qui permet de connaître la langue française. Je tiens à dire que j'ai appris le français avant que le langage sms apparaisse, et mon niveau en orthographe n'est pas plus reluisant. Ce qui est important et de savoir quand l'utiliser, et ne pas transformer un courrier professionnel en un sms d'une page. Et aussi de respecter ceux qui ne souhaitent pas voir leur blog devenir indéchiffrable pour certaines personnes.

Hugo 17/02/2006 19:31

je crois que pour l'orthographe des jeunes, mesdames et messieurs, vous allez chercher bien loin... je ne crois pas qu'un texto mal écrit soit un "métadiscours" mais enfin...Claire = des personnes surveillant la langue française, ça s'appelle l'Académie française... et je ne crois pas que ça change grand chose !

Adamantane 17/02/2006 14:53

Moi aussi j'ai tendance à trouver  que les erreurs orthographiques ce n'est parfois pas très "classe".D'autant plus que l'emploi du clavier, peut-être trop raffiné sur les ordinateurs mais trop pauvre en fonctionnalités sur les téléphones, ne facilite pas le respect de  l'orthodoxie graphique.Quand  j'ai appris à écrire, vers 1945, les normes du bon usage n'étaient pas celles d'aujourd'hui, les procédés pédagogiques non plus.Avec  pratique de la lecture d'écrits privés, dans ma vie personnelle comme en entreprise ou ailleurs, j'ai appris à différencier deux grandes catégories de "fautes" :-les anodines ou vénielles (combien de r et de n à marronnier  ? ) ; ce sont d'ailleurs celles qui font trop souvent l'objet des concours de par-coeur que sont  les célèbres dictées...-les significatives, trace d'une confusion entre catégories syntaxiques qui peut révéler une erreur dans le raisonnement lui même : ainsi la confusion entre infinitif et participe passé (aimer /aimé) ou entre futur et conditionnel (j'aimerai/jaiimerais) ou entre homonymes (ait/est/et...).Ma position actuelle est que :-les fautes (hors cas douteux, et il y en a) qui ne perturbent pas le sens ne sont que des étourderies, des mélanges de doigt ; il eût mieux valu se relire, mais au fond ça ne dérange personne ;-les fautes qui perturbent le sens sont gênantes pour celui qui s'exprime, parfois pour celui qui le lit, et mériteraient tout de même d'être diagnostiquées et rectifiées ;-les fautes qui sont manifestement introduites par négligence voulue, voire par provocation, relèvent d'un métadiscours : "je me singularise, prenez mon existence en compte" ; dans la mesure où elles deviennent une norme à leur tour, leur impact s'affaiblit et le risque est de ne plus retenir que la preuve d'incompétence langagière.

claire 17/02/2006 14:32

Je serais plutôt d'accord avec Dang sur la différence par rapport à l'âge, car les jeunes ont besoin de se singulariser de leurs ainés et d'avoir un monde à eux où l'adulte n'a pas de place. Mais le milieu social a une incidence que personnellement je pense plus faible.
Je repose une autre question. Est-ce vraiment nécessaire de trouver un coupable??
Et s'il y avait eu des personnes pour surveiller la langue tout au long des siècles et pour éviter les changements, ressemblerait-elle à notre français actuel??